«

»

Imprimer ceci Article

Note à propos des pages Facebook du mouvement Démocratie réelle maintenant

Poitiers toma la calle

Poitiers toma la calle

[Note validée à l’unanimité par l’AP du 14 janvier 2012]
La « modération », de ce post n’est-elle pas en contradiction avec la charte de la page Facebook « Coordination diffusion France » et donc équivaut à une censure ? En effet, il est écrit dans cette charte : « ce groupe est destiné à collecter les infos officielles. » Et nous ne voyons pas en quoi ce post ne serait pas une « info officielle » de notre Assemblée Populaire d’autant plus que, comme le rappelle l’un des admins avant de supprimer le post « Dans ce groupe on est censé communiquer et échanger sur nos diverses actions ». Or, entretenir une page Facebook, une liste de discussions, un blog donc des liens avec les autres Assemblée Populaire, leurs sites et pages Facebook est une « action » développée depuis le début par l’Assemblée Populaire de Poitiers et pour laquelle est mandaté, entre autres, Jean-François Chazerans. Et donc poster un article du Blog sur la page ne saurait aller à l’encontre de la charte.

Pour mémoire, la page Facebook Démocratie Réelle Maintenant -Poitiers a été créée dès le 19 mai 2011 et la liste de discussion et le Blog le 24 mai 2011. Les choses se sont précisées après le 15 octobre quand nous avons été invités, pratiquement en même temps, sur la page Facebook des Indignés de France et de la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! Ne comprenant pas pourquoi il y avait deux groupes qui faisaient la même chose, et nous renseignant, nous avons constaté les rapports de force et les prises de pouvoirs qui allaient à l’encontre des principes mêmes des Indignés en particulier de son exigence d’HORIZONTALITE. Nous avons compris que, contrairement aux Indignés de France qui venaient d’être créés et dont les motivations étaient pour le moins très opaques, la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! présente dès le début du mouvement, était plus légitime et nous avons décidé d’y participer.

C’est dans ce contexte que nous avons découvert qu’à Marseille, l’Assemblée Populaire avait été infiltrée par le parti politico-religieux des Humanistes qui en avait pris les rênes, ce qui allait à l’encontre d’un autre principe qui fonde notre mouvement : l’APARTIDISME. A l’Assemblée Populaire de Poitiers, dès le début et après de longues discussions, nous avons fait la distinction entre apolitisme et apartidisme. Tout le monde, y compris les militants de partis politiques, pouvait venir débattre et agir au sein de l’Assemblée Populaire mais cela devait être en leur propre nom et non pas au nom de leur organisation. On ne pouvait pas venir avec son drapeau mais en tant qu’individu. L’Assemblée Populaire faisait de la politique mais devait être et paraître apartidaire. Elle ne devait pas être ou paraître être l’émanation d’un parti ou d’un groupe non plus.

Pour en revenir à l’affaire de Marseille, nous avons aussi découvert que le parti politico-religieux des Humanistes tentaient de se servir de l’Assemblée Populaire de Marseille comme d’un Cheval de Troie pour infiltrer la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! et tout le mouvement Democratia Real Ya!, et y faire propagande et prosélytisme. Ce qui continue encore aujourd’hui puisqu’il ont enfin réussi à faire admettre leur site et leur page Facebook aux côtés de ceux qui étaient officiels « Démocratie Réelle Maintenant-Marseille »… (Contacts des Membres par ville en France)

Nous avons donc tissé des liens avec les personnes qui défendaient ces mêmes principes (horizontalité et apartidisme) sur la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! et à Marseille et les avons soutenus en dénonçant l’Assemblée Populaire « Humaniste » qui dévoyait selon nous le mouvement. Nous avons donc publié un communiqué « Communiqué de Démocratie réelle maintenant – Poitiers concernant l’infiltration de l’Assemblée populaire des Indignés de Marseille et de la Plateforme de coordination Democatia real ya! par les « humanistes ».

Si nous n’avons pas été étonnés par les réactions des Humanistes de Marseille et d’ailleurs, nous avons été très surpris de ce qui s’est passé sur la plateforme de coordination Democratia Real Ya! Ceux que nous considérions au début comme légitimes, au lieu de prendre position clairement dans leurs Assemblées Populaires et/ou sur la Plateforme comme notre communiqué les y invitait, au lieu à la limite de critiquer ouvertement ce communiqué, ont brillé avant tout par leur silence. Cela dénotait-il leur indifférence sur cette question pour nous cruciale ? Non, car à force de les interpeler, certains sont sortis de leur réserve pour adopter une attitude, devaient-ils penser tolérante, mais que nous jugions relativisante du style : « tout le monde a le droit de penser ce qu’il veut et de s’exprimer ». Ce en quoi ils n’avaient pas tort mais, rappelons-le, ce n’était pas la question : « peut-on considérer qu’une Assemblée Populaire dans laquelle il y a au moins deux candidats d’un parti politique religieux ainsi qu’un certain nombre de leurs sympathisants qui ont des mandats ou qui assurent les postes et les rôles clefs dans cette Assemblée Populaire soit encore APARTIDAIRE ou doit-on la considérer comme une émanation de ce parti politique ? » Devant cette passivité qui confinait à du laisser faire des membres éminents de la plateforme Democratia Real Ya!, nous avons décidé de prendre du recul afin d’éviter d’être compromis.

La (re)prise en main autocratique de la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! par deux administrateurs qui ont virés sans concertation les autres et les membres qui ont réagit vivement, nous a conforté dans ce que nous pensions : soit la plateforme était dans un stade infantile incapable de s’autogérer selon ses propres principes, soit elle était infiltrée. En effet que permettent l’autocratie et la verticalité sinon d’éviter certains sujets ou certaines questions ? Sinon de censurer ceux qui critiquent en particulier ceux qui étaient vigilants concernant les infiltrations partidaires et religieuses ? Évitements et censures qui permettent alors la mise en place, en creux, d’une ligne partidaire. Donc soit « naïveté » soit « infiltrations », nous n’étions pas étonnés que les principes qui fondent le mouvement des indignés soient, une nouvelle fois, bafoués.

Un peu avant cette (re)prise en main autocratique de la Plateforme de coordination Democratia Real Ya! par ces deux administrateurs, il avait été crée plusieurs pages Facebook : Indignés français : réflexions et propositions ; Coordination diffusion France ; DRM – Fil infos des indignés ; Confédération des groupes locaux 15-M … ce qui dénotait déjà cette propension à éviter les débats de fond et cette incapacité à régler le problème du partidisme et de la verticalité. En gros deux courants se sont dégagés 1) ceux qui posaient clairement le principe apartidaire comme fondamental et voulaient aborder la question des infiltrations partidaires, 2) ceux qui ne le voulaient pas.

Nous le disons d’emblée, nous pensons que cette seconde position n’est pas sérieuse et conduit, au mieux, à une impasse, au pire, à l’autodestruction du mouvement. En effet, on ne peut pas soutenir A LA FOIS « tout le monde a le droit de penser ce qu’il veut et de s’exprimer » (ce qui est DEMOCRATIQUE, un autre des principes des Indignés) et censurer certains post sous prétexte, comme le dit Alisabel Danslaprairie : « Ici c’est un groupe de travail, il est entendu que nous ne débattons pas, nous communiquons des infos en ce qui concerne la diffusion ». Donc, qu’est-ce qui autorise « certains » à aller à l’encontre des règles de fonctionnement et limiter le champs des sujets possibles ? Ne serait-ce pas « Les accusations et les soupçons sur les indignés de Marseille n’ont pas leur place ici » comme continue Alisabel Danslaprairie ? Ainsi c’est une grande naïveté de penser que l’on peut avancer ensemble sans exprimer nos désaccords et sans en discuter car comme je l’avais répondu : « je pense qu’il aurait fallu régler ce problème quand il s’est posé car maintenant c’est lui qui nous règle… A moins que vous pensiez selon le bon mot de Henri Queille que “La politique ne consiste pas à résoudre les problèmes, mais à faire taire ceux qui les posent.”

Nous n’avons donc pas d’autre choix que de crever l’abcès. Nous devons placer la question de l’apartidisme mais aussi celle de l’horizontalité et de la démocratie, au centre de nos discussion et surtout ne pas les éluder. Pour cela je propose que l’Assemblée Populaire de Poitiers boycotte la plateforme de coordination Democratia Real Ya!  et la Coordination diffusion France  et ce jusqu’à ce que les règles de fonctionnement soient mises en adéquation avec les principes d’apartidisme, d’horizontalité et de démocratie. Je propose aussi que nous nous investissions sur DRM – Fil infos des indignés et surtout sur Confédération des groupes locaux 15-M qui n’a pas les travers de ces autres pages Facebook. Il faudrait toutefois que ces groupes énoncent collectivement une charte claire.
Quoi qu’il en soit, il faudrait privilégier les relations directes et horizontales entre les pages Facebook des Assemblées Populaires et surtout entre ces dernières concrètement sur le terrain.

Jean-François Chazerans

Lien Permanent pour cet article : /2012/01/note-a-propos-des-pages-facebook-du-mouvement-democratie-reelle-maintenant/

1 Commentaire

  1. Félix

    Bonjour,

    Je ne sais pas si le boycott est la solution (il faut préserver l’union dans la diversité), mais en tout cas je suis d’accord sur le fait que l’apartidisme est un principe fondateur du mouvement. Lors de mes premières assemblées la question de l’appartenance à un parti fut aussi une priorité de débat. Elle souleva d’ailleurs des tensions, mais la conclusion fut que les indignés agissent en tant qu’individus et non par la biais de structures extérieures. Concrètement à Marseilles il doivent organiser un vote démocratique de leurs représentant, avec un turnover régulier et inscrire dans leur Constitution que la présence de membres d’un même parti à des postes clés entraîne un nouveau vote ou tirage au sort.

    Comme dans toute organisation, il faut nécessairement des recadrages réguliers, il semblerait que vous ayez mis le doigt sur l’une de ces ambiguïtés gênantes. Ce qui fait notre force c’est cette capacité d’adaptation, et ce besoin de changement régulier à la différence de nos oligarchies. Bon courage dans votre lutte, en attendant je vais suivre vos conseille et me réorienter vers DRM et la Confédération des groupes locaux.

    Hasta la revolucion pacifica

    Félix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*